Vendée globe quelle nourriture à bord pour un tour du monde?

Vendée Globe : l’approvisionnement pour un tour du monde


preparation vendée globe nourriturePréparer ses affaires pour le Vendée Globe, un séjour en mer de 3 mois est compromis entre emmener la bonne nourriture et aussi garder le skipper en bonne forme physique

Les rations pour 90 jours en mer doivent être éparpillées à l’avance puis emballées individuellement pour le voyage.

Lorsque les skipper du Vendée Globe planifient leur repas, ils ont besoin de manger plus qu’à terre pour compenser les dépenses énergétiques demandées. En effet les demandes sont bien plus importantes que quelqu’un qui travaille dans un bureau et même qu’un marin ordinaire.

On estime la dépense énergétique quotidienne pour un skipper du Vendée Globe à plus ou moins 4000 calories en moyenne, et cela peut monter même à 5000 calories et plus.

Nourriture lyophilisée et repas tout prêts.

En prendre un peu plus? Ce n’est pas si simple. Ils veulent juste prendre la bonne quantité puisque qu’il faut faire attention au poids embarqué à bord, ce qui peut affecter grandement la performance sportive.

Le poids de la nourriture est loin d’être à négliger : il y a entre 120 et 180 kg denrées. (avec les produits de nettoyage et d’hygiène personnelle.

Lorsqu’ils calculent la quantité idéale, les favoris de l’épreuve tablent sur 80 à 85 jours de nourriture à prévoir. Les autres doivent, bien entendu doivent prévoir plus.

Nous ne devons pas oublier le temps non plus. Nous n’avons pas les mêmes besoins ou envies dans les chaleurs tropicales ou dans les étendues désertiques  des océans du sud.

C’est pourquoi certains skipper ne font confiance qu’à eux mêmes lorsqu’ils préparent leur avitaillement.

Dans tous les cas ils apportent toujours une attention particulière à tout ce qu’il se passe à bord. Si ils engagent quelqu’un pour faire le travail à leur place, il s’agit souvent e quelqu’un qui leur est proche, qui les connait bien ou un diététicien.avitaillement vendée globe

Morgan Lagravière nous explique : « Il est essentiel de se nourrir correctement. Les repas sont des moments de plaisir, il nous donnent aussi le carburant dont nous avons besoin. Je n’ai jamais entièrement confié cette tache à quelqu’un d’autre. Je pense qu’il est important pour moi d’être impliqué dans la selection de la nourriture et la façon dont elle est stockée à bord »

Fabrice Amedeo quand à lui a travaillé avec un nutritionniste du sport, Virginie Auffret. Elle explique : « Pour comprendre ce dont Fabrice a besoin, nous examinons ses habitudes alimentaires à terre mais aussi pendant les courses. Cela me permet d’établir des menus adaptées à ses besoins. L’objectif est de limiter une perte excessive de poids et même temps qu’il appréciée ses repas en étudiant la qualité des plats proposés et ce qu’ils lui apportent. »

N’oublions pas que la nourriture à une influence aussi sur notre sommeil. La nutritionniste Eva Tiollier, qui travaille avec Jean-Pierre Dick, explique : « En plus du sachet de nourriture qui offre la quantité de calories journalière nécessaire, Jean-Pierre a un autre sachet dans le lequel on a mis de la nourriture sucrée ou riche en protéine, ce qui facilite l’endormissement pour les premiers et l’aide à rester éveillé pour les seconds. »

Un sachet par jour

Alors que certains skippers comme Arnaud Boissière prennent seulement des plats lyophilisés, pour beaucoup, leur stock inclus de 40 à 50% de plats sous vis et 50-60 % de plats lyophilisés.

Bien que les fabricants de ces derniers aient fait des efforts considérables ces 10 dernières années en terme de variété et de qualité gustatives, il tendent à être moins appréciés des concurrents qui leur préfèrent de plus en plus les plats tout prêts sous-vide.

Ils offrent pourtant un certain nombre d’avantages : ils ne prennent pas de place, ils sont légers et remplissent les besoins nutritifs…particulièrement car l’eau douce utilisée pour préparer ces plats provient du dessalinisateur.

Ils n’ont qu’à réchauffer l’eau, la verser dans le sachet, remuer et c’est prêt!

Erwan Stoff, le directeur de l’équipe Quéguiner Leucémie Espoir de Yann Eliès explique ; « L’avitaillement est divisé en sept sacs étanches pour un total de 174 kilos. La date est notée dessus pour que Yann s’y retrouve. Cela permet de manger différemment selon les conditions meteo et la temperature extérieure. A l’intérieur il y a des petits sachets zip qui correspondent au repas du jour »

nourriture vendée globeBien sur tout cela doit être installé à bord de façon à ne pas déséquilibrer le bateau selon l’amure choisie.

Jérémie Beyou, Vincent Riou et beaucoup d’autres utilisent une approche similaire pour l’organisation de leur nourriture à bord.

Sébastien Josse, a été gâté puisque qu’il a pris à bord des repas préparés par Julien Gatillon, chef étoilé du restaurant 1920 à Megève! « Ce qu’il cuisine est vraiment délicieux » dit Sébastien Josse avant de donner une autre anecdote, qui nous en dit beaucoup sur l’importance psychologique de la nourriture à bord : « Une fois, j’ai réussi à garder une orange jusqu’à ce que j’arrive en Nouvelle Zélande. Vous la protégez comme un objet de valeur et lorsque vous croquez dedans, c’est de la magie . »

Quelques friandises nécessaires

Il y a un autre aspect important à prendre en compte pour une course aussi longue que le Vendée Globe, c’est le plaisir. C’est vital en fait, puisque cela affecte l’humeur et donc la performance du skipper.

Alex Thompson a déjà calculé avec son coach, Lawrence Knott, qu’il pourrait perdre autour de 12 kilos pendant la course et il a donc adapté son avitaillement en conséquence. Mais il n’a pas oublié les cacahuètes car « lorsque cela deviendra difficile, the simple plaisir d’ouvrir un paquet de cacahuètes peut être le point culminant de la journée! »vendée globe nourriture skipper

Certains prennent des bonbons, du chocolat, des noisettes etc…en d’autres mots, quelque chose à grignoter.

D’autres comme Vincent Riou, ont embarqué à bord de la viande séchée sous vide qui sera leur plaisir gustatif du jour. D’autres préfèrent le foie de morue, des sardines en boite ou du pâté en boite.

Nous ne devons pas oublier le foie gras pour Noel!

Pour conclure sur le sujet, alors que ce qui est disponible à fait beaucoup de chemin,  vous pouvez tout les plats possible lyophilisés et leur goût s’est vraiment amélioré.

Il y a eu également des progrès scientifiques. Kito De Pavant sera surveillé pendant le vendée globe pour analyser sa situation nutritionnelle.

Le professeur Patrice Darmon, chef d’endocrinologie, spécialiste dans le métabolisme et la nourriture à l’hôpital de Marseille, explique que cette étude est non seulement utile pour construite une diète pour les skippers pour améliorer leur performance physique et leur humeur mais aussi ce sera une façon de trouver de meilleures solutions pour nourrir les gens dans des conditions extrêmes qui subissent du stress en permanence et avec des heures de travail irrégulières.

(124)

Share

2 Comments on "Vendée globe quelle nourriture à bord pour un tour du monde?"

  1. Hi Ross, I’m unsure what the precise definition of outside Seattle is (I believe it’s everywhere we’re a member of a local MLS) but I do know we’re licensed for all of Washington so you can give us a call at 877-973-3346 and we’ll try and help you out.

  2. COMPASION HERMANO COMPASION, HEMOS SIDO TODOS PECADORES, AMOR, MISERICORDIA, AMOR Y COMPASION…SOMOS TODOS LLAMADOS A ARREPENTIMIENTO ALABANZAS AL QUE VERDADERAMENTE NOS AMA..

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Share